lundi 22 mars 2010

J’espère que tu vas bien


Je commence souvent mes mails ou mes courriers par cette formule, « J’espère que tu vas bien ».
Une formule toute faite ? Oui, c’est vrai, puisqu’elle est presque un réflexe, avant d’aborder le sujet qui motive mon envoi. Mais pas si anodine que ça.
Car de temps en temps, je fais un petit pas de côté, et je me dis que oui, je le souhaite vraiment, que cette personne aille bien, à l’instant où je l’écris. Et que je souhaite le bien de tous les gens que j’apprécie, que je connais, et même de tous les humains.
Ces bouffées automatiques de bienveillance universelle me semblent facilitées par l’existence de cette formule de politesse, qui de temps en temps sort de sa torpeur, s’éveille et me secoue en me criant : « Eh ! Ho ! Ce que tu écris, éprouve-le vraiment, au lieu de seulement l'écrire ou le penser, ce sera encore mieux ! »

Illustration : une publicité pour les postes anglaises ("If you really want to touch someone, send them a letter").

28 commentaires:

  1. Tout à fait en phase avec ton billet de ce jour, cher Christophe.
    Le matin, au bureau, la formule sacrée est "Comment vas-tu ?" en espérant que la personne va bien.
    Un seul de mes collègues me répond par "ça va, merci" et ce "merci" me procure une grande joie. Il me remercie de demander de ses nouvelles. C'est beau !
    Bonne journée à toutes celles et tous ceux qui passeront ce matin sur ce blog.
    D____y

    RépondreSupprimer
  2. Ce matin, je suis sûr que vous allez bien, Christophe André, Grand chlem oblige...

    (notre matinal Docteur est fan de rugby pour ceux qui l'ignoreraient ;o)

    Tenez, et j'ai même une surprise pour vous : allez donc faire un tour sur :

    http://www.philomag.com/list-podcast.php

    où l'on parle de rugby et de philo à la fois... Normalement, ça devrait vous plaire. J'accepte d'avance vos remerciements tout en espérant que vous irez encore mieux après l'écoute...
    ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Christophe André22 mars 2010 07:26

    Merci Michko !

    RépondreSupprimer
  4. Hello,
    - pour justement bien marquer à l'autre que ce n'est pas une formule automatique, j'essaie de jouer sur la place de la formule dans le corps du texte ou sur son contenu (éviter une formule stéréotypée). Et il est vrai qu'ainsi je suis en phase avec moi-même, même si mon interlocuteur n'est pas forcément sensible à ce genre de détail. Quoique...? peut-être son inconscient l'enregistre-t-il finalement ?
    - Après Huster qui voulait combiner foot et théâtre, on mixe rugby et philo ? j'ai du mal à imaginer les deux publics ensemble !
    Bonne journée,
    B.A.

    RépondreSupprimer
  5. J'espère que vous allez bien Christophe et chers bloggers ?
    Une formule qui n'est pas vide de sens quand on la pense vraiment, évidemment !
    Excellente votre illustration et sa légende !
    Pile poil pour une graphologue...
    Merci Christophe!

    RépondreSupprimer
  6. Superbe photo en particulier pour qui aime écrire! merci!
    A propos du "Comment ça va? " souvent mécanique et n'attendant pas de réponse autre que "Bien et toi?" une amie dévidait une liste de contrariétés voire de malheurs à la gêne croissante de l'interlocuteur...

    RépondreSupprimer
  7. Ma mère m'avait appris à commencer toutes mes lettres à la famille et aux amis par "j'espère que tu vas bien." Avec les mails j'ai cessé de le faire... Je crois,la plus part du temps. Je vais m'y remettre car quand j'écris un mail a un proche, la première chose que je souhaite c'est qu'il aille effectivement bien...
    Merci de ce blog étrange qui nous donne régulièrement de très bonnes impulsions et parfois aussi des conversations chaotiques!!! J'aime passer tous les jours ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    Il me semble avoir lu quelque part que l'origine de "comment çà va?" venait de "comment va le transit?" ou plus clairement" comment çà va à la selle?". C'est pourquoi, depuis je réponds souvent : «Super, je pète la forme ! »

    Désolé…plus sérieusement, j’essaye aussi de me secouer parfois face à l’usage automatique de formule de politesse.

    Ce samedi soir, quelle tension ! Et quelle défense héroïque des français à l’image du tampon de Dussautoir. Des français réfugiés dans une guerre de tranchées quand les anglais libérés, fiers et revanchards développaient leur meilleur rugby du tournoi. Et ce Parra qui ne tape pas dans son club, quel sang froid !
    Moi, j’avoue avoir un faible pour Jauzion et Mr Indestructible, mais ce qui m’a transporté c’est la cohésion de cette équipe, son abnégation, son respect de l’adversaire ( pas de cartons , il me semble, pas de mauvais geste) son enthousiasme. Chapeau aussi à Lièvremont dont Domenech ferait bien de s’inspirer…


    PS :très belle illustration

    RépondreSupprimer
  9. J'espère que vous allez tous bien, aujourd'hui il fait beau et je vais bien. Souvent après la lecture sur le blog je constate que cela m'a fait du bien, car je remarque que je ne suis pas seule et par vos écrits j'ai l'impression de papoter, j'adore parler
    bonne journée à vous tous

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour docteur André,

    vous voulez dire que nous n'éprouvons pas forcément ce que nous écrivons, disons ou pensons à longueur de journée.

    Si vous étiez constamment en phase avec ce que vous éprouvez,vous diriez, par exemple, parfois à vos patients : "monsieur, j'ai mal dormi cette nuit, ma qualité d'écoute n'est pas aussi intense que d'habitude, aujourd'hui"; Mais vous ne le faites hélas peut-être pas. Vous direz peut-être simplement par habitude ou bonne éducation : "je vous écoute".

    Pour pouvoir être en adéquation extérieurement avec ce que l'on est intérieurement, il faudrait être totalement détaché de l'image que l'on donne de soi-même aux autres, en quelque sorte déjà mort du point de vue de l'égo.

    Cordialement,
    SH.

    RépondreSupprimer
  11. C'est vrai, ce "J'espère que tu vas bien" j'en ressens toute la banalité mais je lui donne du sens et il est inhérent à ma relation à autrui. je ne manque jamais de le faire figurer dans mes messages à ceux que j'aime ou apprécie. Le message de réponse éclairera sur ce point. Quiconque se préoccupe de la santé d'autrui est un ami bienveillant , un peu de chaleur se transmet ainsi, et c'est bon!

    RépondreSupprimer
  12. Ma démarche a été complètement l'inverse de la vôtre, Dr André.

    Elevée dans un milieu hypocrite, manipulateur et violent, j'étais très sensible aux manques d'authenticité qui survenaient dans le langage.

    C'est dire si les formules toutes faites, qui n'ont rien de subtile en plus, me donnaient la nausée !

    En plus, comme dans ma grande naïveté, je prenais les mots à la lettre, à l'abri dans ma bulle (ou plutôt mon bunker), je me disais que je me fichais bien que les autres aillent bien ou pas, passent une bonne journée ou pas, et qu'un "bonjour" ne changerait rien à ce qu'il leur arriverait de toutes façons.

    Lorsque j'ai quitté ce milieu malsain et ai commencé à sortir le nez de mon bunker, j'ai commencé aussi à apprécier quelques autres personnes et à souhaiter sincèrement qu'elles aillent bien et passent une bonne journée.

    Je ne disais donc pas "bonjour", mais "bon jour", et j'aimais recevoir les flots de petits et gros soucis lorsque je demandais "comment ça va ?".

    Plus tard, au travail, avec la répétition, les "bonjour" ressemblaient parfois à des automatismes, mais j'en restais consciente et me disais que ces petits clins d'oeil du matin avaient quand-même une grande signification. Ce petit échange complice apportait une grande chaleur.

    Bonne journée à tous ;)

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour...
    Comment allez-vous avec ce beau soleil ???
    Est-ce possible d'écrire à un ami "j'espère que tu vas bien" quand il s'occupe de son père qui va mal, de sa mère qui va mal, quand il est licencié, quand...
    J'écris parfois "je pense à toi", "je t'accompagne de mes pensées", "je suis avec toi".... l'entendez-vous pareil ?
    Belle journée

    RépondreSupprimer
  14. "J'espère que tu vas bien" peut venir conforter la personne qui le reçoit dans sa quiétude ou lui faire prendre plus clairement conscience combien, en ce moment, elle ne va pas si bien...

    Dans ce dernier cas, si elle peut jauger la véritable compassion dont est emprunt la formule, elle peut se dire qu'elle n'est pas "oubliée", et voir même une invitation à parler de ces soucis.
    Ce n'est pas une formule fermée dans le fond, si son emploi n'est pas fait à tout bout de champ?

    Yves

    RépondreSupprimer
  15. Oui, il y a des "vous allez bien ?" inoportuns parfois. J'ai fait rire ma dentiste en lui répondant une fois, la bouche paralysée par l'anesthésique : "Chi cha allait béen, ch'rais pas ichi".

    Quand aux personnes qui vont vraiment mal, je leur souhaite souvent bon courage, n'ayant eu à compter moi-même plus sur mon courage que sur la chance.

    RépondreSupprimer
  16. "Quant aux" et non "Quand aux" ...

    Aïe ! Je vais me faire taper sur les doigts par madame la maîtresse anonyme !

    J'espère qu'elle va bien.

    RépondreSupprimer
  17. Un jeune chirurgien, chef de clinique, rentre chez lui, après une très longue journée. Sa femme, impatiente, l'attend pour dîner.

    - Ça va, Chéri ?
    - Ça va, ça va!

    Ils dînent en silence.

    - Tu n'as pas l'air très faim, quelque chose ne va pas ?
    - Hum, en fait j'étais tout seul dans le service, un de mes collègues est en vacances et l'autre est arrêté pour suspicion de H1N1.
    A la sortie du bloc opératoire, j'ai dû assurer toutes les urgences, consultations, visites et appels téléphoniques. J'ai vu au total plus de 80 patients dans l'après-midi, en fait... c'est plutôt eux... qui m'ont vu! Je suis certan qu'ils se sont rendus compte que j'étais pas à 100%!
    - Allez, ne t'en fais pas, je suis sûre que malgré tout cela, tu n'es pas passé à côté de quelque chose de grave. D'ailleurs je trouve que tu es trop gentil, tu écoutes trop tes malades, et tu les renforces dans leurs lamentations...

    Cette histoire n'est pas de la fiction, je vous assure.
    Bonne fin d'arès-midi à tout le monde.

    RépondreSupprimer
  18. Un jour que j'attendais dans le cabinet de mon thérapeute, j'ai entendu une plainte. Une sempiternelle plainte. C'était le son de la voix de la patiente précédente qui déversait sur notre pauvre thérapeute son flot de lamentations.
    Alors je me suis vue moi à sa propre place qui allait déverser, à mon tour, mon flot de lamentations.
    Je me suis levée et j'ai quitté le cabinet.
    J'ai arrêté quelque temps plus tard définitivement ma thérapie.
    Depuis, je suis incapable de franchir la porte d'aucun cabinet de psychiatre, de psychanalyste, ou de psychologue, enfin de psychothérapeute de façon générale.
    Et j'ai enfin commencé à apprécier la Vie et à surtout l'accepter comme un TOUT avec ses joies et ses peines, ses moments de désespoirs, ses malheurs, ses passions fugaces, et surtout ses petits bonheurs à saisir à l'INSTANT PRESENT.

    Espérer que les autres vont bien, prier, avoir des pensées positives pour eux, pendant leur vie, au moment de leur passage vers l'au-delà et après leur mort.
    Une conscience qui ne divise pas mais qui relie.

    Bonne soirée à tous.
    SH

    RépondreSupprimer
  19. est ce le " comment vas tu ? " ou plutôt l'écoute de sa réponse qui a mon avis est le plus importante, il m'est déjà arrivé d'entendre je vais bien mais le son et la façon de le dire ne sonnait pas juste, j'espère que tu vas bien est un peu comme une banale bouteille à la mer, nos oreilles et nos yeux peuvent apprendre à écouter la différence
    bonne soirée à vous tous

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir,
    Le complément de l'illustration avec votre texte est une nouvelle fois bien choisi. Ce geste indicible virtuel va bien avec votre personnalité rempli d'empathie.
    Mes formules les plus courantes je vous les écris à chaque fois lorsque je viens sur votre blog . Un bonjour, bonsoir ... cordial à qui veut bien le recevoir. Lorsqu'une personne me dépose ses états d'âmes, sa souffrance souvent je le quitte avec cette formule "prends soin de toi" en espérant qu'elle trouvera la force et le courage d'aller mieux.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  21. J'espère donc que vous allez bien ,Dr Christophe André, et vous tous ...qui appréciez ce blog comme je l'apprécie . Je l'ai découvert depuis moins d'un mois et il est l'occasion de partager ; de mûrir une réflexion personnelle ; d'apercevoir d'autres facettes de nos propres ressentis ; d'apprendre combien d'autres regards sont possibles face à une même situation (un regard ,son opposé, et toutes les nuances entre les deux !).
    Bien sûr, je regrette qu'il n'y ait pas,parfois une brève remarque "réactive" de votre part, Dr André, pour impulser de quoi rebondir lors de questionnements intérieurs douloureux (je sais : les consultations existent...)Je souhaitais vous dire merci aussi pour ce site, et pour vos livres que je lis toujours avec profit.

    RépondreSupprimer
  22. Oui, pas de meilleure entrée en matière que cette prière, en particulier à ceux qu'on aime et qu'on ne voit pas souvent. Commencer une lettre n'est pas facile, alors oui, cette phrase, apparemment anodine, déclenche tout-à-coup chez moi un flot d'émotion : "mais au fait, et si elle/il n'allait pas bien depuis le temps ? Pourquoi ai-je tant attendu pour prendre des nouvelles ?"
    Cette phrase est une prière fervente pour ceux qui nous manquent. J'aimerais aujourd'hui dire à mon père, à ma mère, si absurde que cela puisse paraêtre puisqu'ils sont tous deux morts, "j'espère que tu vas bien", pour les entendre me répondre "si tu vas bien, je vais bien".
    Merci Christophe André, votre blog va bien.

    RépondreSupprimer
  23. bonsoir à tous,
    je me suis aussi souvent posé la question : suis je autant attachée au fait qu'il ou elle aille bien? et je réfléchis à deux fois quand j'écris cela pour être sincère et rester dans l'authenticité de mes sentiments (anonyme de 19 H 15 : cela me semble important au moins de se poser la question..)
    j'ai aussi une autre façon d'entrer en matière : comment allez vous bien? c'est un peu suggestif... confusionnant, et au moins cela m'amuse de voir les réactions face à cette question!
    en tous les cas... vous tous qui passez par là, écrivez, lisez, je vous souhaite tout le bien possible en cette nuit qui débute... et pour ceux qui en ont besoin (je crois que nous sommes nombreux dans ce cas là lol) un doux sommeil revigorant
    douce nuit
    Anne

    RépondreSupprimer
  24. OUI, éprouver, ressentir plutôt que penser.

    Quand l'espace est large entre nos pensées, nous parvenons à vivre de façon intense l'instant présent.
    Peut-être est-ce dans ce silence entre deux pensées que peut enfin surgir la compassion, à la fois pour soi-même et pour les autres.
    Est-ce que cette compassion est forcément douce Christophe? N'est-elle pas parfois un peu brutale?

    Une compassion imparfaite mais complète...

    Bonne nuit à tous.
    SH.

    RépondreSupprimer
  25. Quand j'étais petite, je commençais toujours mes lettres à ma famille ou à mes amies par "J'espère que tu vas bien. Moi ça va " ... alors aujourd'hui j'hésite à commencer par "J'espère que tu vas bien" car ces termes gardent pour moi une connotation enfantine ... c'est peut être idiot ... et le billet d'aujourd'hui va m'obliger à y réfléchir un peu plus ... je cherche pourtant toujours des formules plus originales ... mais n'en trouve pas toujours ... alors si vous avez des idées, elles sont les bienvenues ...
    Bonne nuit à tous.

    RépondreSupprimer
  26. Je me disais comme ça que ce n'est pas parce qu'une formule est polie ou enfantine ;-) qu'elle est creuse et dépourvue de sens... ON peut dire "J'espère que tu vas bien" et le penser du font de son coeur. Je ne vois pas pourquoi la simplicité serait une erreur. Au contraire. Pour moi il faut pas toujours se creuser la tête dans une lettre mais être spontanée, je veux dire dans une lettre à un proche...

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour j'espère que vous allez bien?.
    Je suis très langage écrit. Et j'ai constaté, que j'utilise toujours cette phrase, me trouvant même parfois un peu lourde et devenant peut être pour l'autre insignifiante. Or, je suis dans cet état. J'ai la bienveillance de souhaiter à celui à qui est destiné mon message l'espérance que dans sa vie, ce moment il aille pour le mieux...
    Ne voulant paraître radoteuse, je tente de trouver d'autres formules à écrire. Mais oui par automatiste c'est ce "j'espère que tu vas bien" qui revient toujours en priorité!
    Billet fort instructif cher doc!
    MERCI
    Mauve

    RépondreSupprimer

Si vous laissez un commentaire, merci à vous, mais un peu de patience : il sera publié après validation par les modérateurs.